Comment rendre votre vie sexuelle plus écologique

Lit avec oreillers et draps

Le sexe écoresponsable est meilleur pour vous et pour la planète. (Photo : Annie Spratt via Unsplash)

Le sexe écoresponsable est meilleur pour vous et pour la planète!

Alors avant de vous laisser emporter par l’excitation, pensez à mettre vos moments les plus intimes dans la classe G- (pour « green » ou « vert » en français) grâce à ces conseils écologiques.

Utilisez des jouets sexuels non toxiques

La plupart des jouets sexuels contiennent des phtalates, des produits chimiques utilisés pour rendre les plastiques plus flexibles et plus difficiles à casser, qui peuvent nuire à l’environnement et au corps humain.

Selon certaines études, les phtalates peuvent perturber le système endocrinien du corps, qui régule les hormones. Chez les animaux, l’exposition à des niveaux élevés a été liée à des problèmes de reproduction et de développement, ainsi qu’à des dommages au système immunitaire.

Plusieurs pays ont restreint et réglementé certains types de phtalates en raison des risques qu’ils présentent pour la santé humaine et environnementale.

Les jouets sexuels les plus écologiques sont fabriqués à partir de :

  • Verre
  • Métal
  • Silicone
  • Matériaux biodégradables (par exemple, du bioplastique à base d’amidon)
  • Matériaux recyclés (par exemple, Ohhcean est la première entreprise au monde à fabriquer des jouets sexuels à partir de plastique recyclé provenant de l’océan)

Les marques se rendent compte que la durabilité est importante lorsque les gens réfléchissent à ce qu’ils achètent. Les grandes marques et magasins commerciaux de jouets pour adultes en ligne disposent désormais de catalogues écoresponsables proposant des produits biodégradables, rechargeables, naturels et/ou biologiques.

De plus en plus d’entreprises développent également des politiques environnementales et des engagements pour protéger la nature. The Natural Love Company est neutre en carbone, plante un arbre pour chaque client.e, s’engage à consacrer chaque année un pour cent de son chiffre d’affaires à des projets environnementaux, est alimentée par des énergies renouvelables, assure une livraison mondiale neutre en carbone et évite les emballages plastiques à usage unique.

Comment recycler les jouets sexuels

En 2013, un sex-shop coopératif de Toronto a été le premier (et est toujours le seul!) à mettre en place un programme de recyclage des jouets pour tout le Canada. Payez 6 $ pour une étiquette d’expédition imprimable et envoyez à Come As You Are vos jouets sexuels en silicone et en plastique ABS cassés, négligés ou indésirables pour qu’ils soient recyclés.

Choisissez des lubrifiants naturels

Le corps humain se lubrifie naturellement, mais les personnes qui ont besoin ou veulent plus d’aide pour réduire la friction devraient éviter les produits pétroliers, les parfums, les arômes ou les couleurs artificiels. Optez plutôt pour des lubrifiants à base d’eau et, si vous n’avez pas besoin de préservatif ou d’une autre méthode barrière en latex, vous pouvez utiliser de l’huile d’olive extra-vierge, de l’huile de noix de coco ou une autre huile végétale. Recherchez en ligne des recettes pour fabriquer des lubrifiants faits maison avec des ingrédients non toxiques et naturels. (Vous n’êtes pas sûr.e de l’innocuité d’un ingrédient? Consultez votre professionnel de santé.)

Découvrez l’écosexualité, l’écofétichisme et le BDSM à base de plantes

Vous avez un penchant pour la nature? L’écosexualité est une philosophie de plus en plus populaire qui diffère d’une personne à l’autre mais qui place le soin de la planète au même niveau que le soin d’un.e amant.e. Elle met l’accent sur le consentement, l’amour, la considération et la réciprocité! Pour les écosexuel.le.s, il n’y a pas de mauvaise façon de jouer, tant que la protection de la planète reste un principe.

Les écofétichistes intègrent la nature dans les jeux sexuels en s’adonnant aux plaisirs terrestres (par exemple, en faisant l’amour dans la nature), en se salissant au cours des rapports sexuels, ou en utilisant des matériaux végétaux pour des activités fétichistes (comme les flagellations avec des branches). Certaines de ces pratiques sont ancrées dans d’anciennes traditions culturelles.

Le BDSM à base de plantes explore des alternatives durables et végétaliennes aux fétiches traditionnels orientés vers le cuir.

Mais n’oubliez pas que la nature peut être puissante. Faites toujours vos recherches avant d’expérimenter de nouveaux kinks.

Personne appliquant de la crème sur les jambes

Sept recettes de soins du corps non toxiques

Fabriquez des soins pour le corps non toxiques qui sont doux pour votre corps et la nature.

Découvrez des recettes qui nourrissent

Veillez à bien vous protéger

Les matériaux et les ingrédients rendent certains choix de contraception et/ou de protection contre les infections sexuellement transmissibles plus écologiques que d’autres. Consultez toujours un professionnel de la santé pour décider de ce qui est le mieux pour vous.

Préservatifs et autres méthodes de protection

    Les préservatifs en peau d’agneau sont biodégradables, mais ne protègent pas contre les ITSS.

  • Le latex provient d’arbres à caoutchouc et est biodégradable, mais les préservatifs ne sont jamais à 100 % de latex (bien que les préservatifs en caoutchouc protègent contre les ITSS). Recherchez des marques qui récoltent le caoutchouc de manière durable, par exemple Glyde ou Sustain Natural.
  • Les préservatifs en polyuréthane ou en polyisoprène sont fabriqués avec du plastique qui ne se biodégrade jamais et constituent le pire choix sur le plan environnemental.
  • Les lubrifiants et les enduits spermicides (sur tout préservatif) empêchent la décomposition.
  • Acheter des préservatifs, des gants, des digues dentaires et d’autres protections en vrac utilise moins d’emballages.
  • Les capes cervicales en silicone et les diaphragmes en latex sont de bons choix de contraception écolo car ils peuvent être utilisés à l’infini.

Ne jetez jamais les préservatifs dans les toilettes. Les préservatifs qui vont dans les toilettes finissent dans l’approvisionnement en eau, nuisent à la vie sauvage et peuvent bloquer les systèmes d’égouts. N’essayez pas de les recycler, car ils risquent de contaminer d’autres matériaux recyclables. En attendant que les fabricants proposent d’autres alternatives, il est préférable de mettre les emballages de préservatifs et leur contenu usagé à la poubelle (loin des animaux de compagnie).

Médicaments

Les hormones contenues dans les pilules contraceptives, les implants, les injections et les patchs se retrouvent dans le système d’approvisionnement en eau par l’urine, causant des ravages chez les poissons et d’autres animaux sauvages. L’œstrogène synthétique modifie la composition chimique de l’eau, nuisant aux écosystèmes, aux animaux et aux micro-organismes.

Le ténofovir disoproxil est un antirétroviral utilisé pour le traitement et la prévention du VIH/SIDA et des hépatites virales. C’est l’un des deux médicaments combinés dans certaines formes de prophylaxie pré-exposition (PrEP). Ce médicament a été signalé comme un contaminant émergeant dans les environnements aquatiques lorsqu’il est présent en concentrations.

Ne jetez jamais de vieux médicaments ou de médicaments périmés dans les toilettes ou à la poubelle. La façon la plus sécuritaire de se débarrasser des médicaments d’ordonnance et des produits de santé en vente libre périmés est de les rapporter à votre pharmacie locale. Les médicaments qui vont dans les toilettes ou dans les décharges finissent dans l’approvisionnement en eau, peuvent perturber les écosystèmes et nuire à la vie sauvage.

Autres conseils respectueux de l’environnement

  • Les dispositifs intra-utérins hormonaux et en cuivre sont la meilleure option de contraception pour l’environnement. Un DIU est un petit dispositif en forme de T enveloppé de cuivre ou d’une hormone synthétique de progestérone. Il est efficace à 99 % et ne produit pratiquement pas de déchets.
  • La vasectomie et la ligature des trompes sont des options de contrôle des naissances permanentes qui ne produisent presque pas de déchets.
  • Les méthodes basées sur la connaissance de la fertilité consistent à suivre un cycle menstruel et à éviter les rapports sexuels ou à utiliser une méthode de contraception pendant les jours où une grossesse est la plus probable.
  • Le suivi de la température basale du corps implique l’utilisation quotidienne d’un thermomètre pour suivre votre état de fertilité.
  • Pour les ITSS, la meilleure forme de protection consiste à se faire tester régulièrement, à connaître son état de santé sexuelle et à communiquer ouvertement avec ses partenaires.

Prenez soin de vos objets sexuels

Pour prolonger leur durée de vie et vous garder en bonne santé, gardez les jouets propres et rangez-les de manière sécuritaire et hygiénique. Lisez attentivement les informations sur les produits pour connaître les recommandations de nettoyage et de stockage ou consultez un.e expert.e en matière de sexe. Le personnel des sex-shops est souvent bien informé – posez des questions!

Conservez les lubrifiants et les préservatifs dans un endroit frais et sec. Évitez de les exposer à la chaleur, à la lumière du soleil et à l’humidité, car ces conditions peuvent affaiblir le matériau et le rendre susceptible de se périmer ou de se casser.

Vérifiez toujours les dates d’expiration pour vous assurer que les lubrifiants et les préservatifs sont efficaces et peuvent être utilisés en toute sécurité.

Achetez moins d’objets (sexuels)

Comme pour tout, acheter de nouvelles choses tout le temps n’est pas bon pour la planète. Bien qu’un vêtement sexy ou de la lingerie puissent être excitants, ils ont un coût environnemental lorsque les gens les achètent pour un usage unique et les jettent ou les laissent prendre la poussière au fond du placard.

Avant d’acheter un nouvel accessoire ou un nouvel habit, demandez-vous : est-ce que je vais utiliser cet article encore et encore ou est-ce que je vais m’en désintéresser?

Assurez-vous d’acheter des vêtements fabriqués de manière éthique et contenant le moins possible (ou pas du tout) de matériaux non biodégradables tels que le polyester, le nylon et le spandex. Les matériaux comme le caoutchouc gélifié, le latex et le PVC doivent également être mis en décharge.

Refusez, réutilisez ou recyclez les emballages autant que possible.