Boursiers David Suzuki

Recherche. Collaboration. Influence.

À propos

David Suzuki a passé une bonne partie de sa vie à l’avant-scène de l’activisme environnemental. Connu pour son talent de vulgarisateur scientifique, il a éveillé l’intérêt pour la science de millions de personnes à travers le monde et les a motivées à agir concrètement pour protéger la planète. Aujourd’hui encore, il continue de sensibiliser des gens de toutes générations à l’interdépendance de l’humain avec la nature.

C’est inspirée par cette action que la Fondation David Suzuki a créé le programme de bourses David Suzuki, afin d’aider la prochaine génération de leaders à trouver des solutions aux grands enjeux environnementaux. Les boursiers incarneront la rigueur scientifique de David Suzuki et s’inspireront de sa capacité à motiver les gens à agir pour notre planète.

Boursiers 2018-2019

Maxime Fortin Faubert, candidat au doctorat en biologie

Boursier en adaptation aux changements climatiques et villes durables

Dans le cadre de son doctorat en biologie à l’Université de Montréal, Maxime se penche sur les phytotechnologies. Son but ? Mettre au point des solutions biotechnologiques novatrices et durables au moyen de plantes et de champignons pour décontaminer les sols et combattre les changements climatiques.

Grâce à cette bourse de recherche, Maxime brossera le portrait actuel des sols contaminés sur l’île de Montréal pour repérer les espaces vacants qui contribuent le plus aux îlots de chaleur et déterminer lesquels pourraient être transformés en espaces verts pour améliorer le niveau de résilience de Montréal face aux changements climatiques.

Nicole Davies, Maîtrise en gouvernance autochtone

Boursière en connaissances autochtones et changements climatiques

Nicole (Anishinaabe et Métis) est titulaire d’une maîtrise de l’Université de Victoria en gouvernance autochtone spécialisée en revitalisation des savoirs traditionnels liés aux territoire, en restauration écologique, en plantes médicinales et en écologie queer autochtone.

Grâce à cette bourse de recherche, Nicole se penchera sur les conditions et les effets des approches autochtones en ce qui a trait à la souveraineté alimentaire et à la restauration écologique, ainsi que sur les obstacles que doivent surmonter les communautés pour redonner vie à leurs pratiques. Elle mettra toute la richesse de sa recherche au service des initiatives de subsistance durable de la communauté et à l’élaboration d’une éthique et de protocoles pour orienter les solutions aux changements climatiques et établir des partenariats fructueux.

Tara Mahoney, candidate au doctorat

Boursière en communication sur les changements climatiques

Tara poursuit un doctorat en communications à l’Université Simon Fraser axé sur les nouvelles formes que revêt la culture politique participative au Canada. Titulaire d’un baccalauréat en relations internationales de l’Université de Calgary, d’une maîtrise en production multimédia de l’Université Ryerson et d’un certificat en dialogue et en engagement civique de l’Université Simon Fraser, Tara est également la cofondatrice et la directrice artistique de Gen Why Media.

Grâce à cette bourse de recherche, Tara puisera dans la recherche qualitative, la cartographie, l’externalisation ouverte et l’accroche narrative numérique pour mieux comprendre comment tirer parti des médias et de la culture de manière à investir les défenseurs des énergies renouvelables du pouvoir d’agir.

Boursiers actuels 2017-2018

Brett Dolter

Brett Dolter, PhD en économie environnementale

Boursier en économie des changements climatiques

Brett détient une maîtrise en gestion des ressources et sciences de l’environnement de l’Université de la Colombie-Britannique, une maîtrise en économie de l’Université de Victoria et un doctorat en économie environnementale de l’Université York. Il est actuellement chercheur affilié à l’Université d’Ottawa.

Dans le cadre de sa bourse, Brett étudiera le rôle des services d’électricité dans la facilitation de la distribution d’énergies renouvelables. Il examinera les effets de la concurrence en matière de tarification du carbone et déterminera l’impact des débats sur l’avenir énergétique du Canada.

Melina Laboucan-Massimo

Melina Laboucan-Massimo, M.A. en gouvernance autochtone

Bourse en connaisssances autochtones et changements climatiques

Melina détient une maîtrise en gouvernance autochtone avec spécialisation en énergies renouvelables dans les communautés des Premières nations. Elle possède également plus de 15 ans d’expérience auprès des communautés autochtones en planification de projets et de campagnes. L’aboutissement de son mémoire de maîtrise était la réalisation d’une installation solaire de 20,8 kilowatts dans sa communauté de Little Buffalo, au nord de l’Alberta. 

Melina étudiera des modèles d’énergie renouvelable pouvant être reproduits dans les communautés, fera des pressions pour l’établissement de politiques plus progressives en matière d’énergies renouvelables et mettra en œuvre des projets d’énergie renouvelable dans les collectivités partout au Canada. 

Jérôme Laviolette

Jérôme Laviolette, M.A. en Science appliquées

Boursier en transports et changements climatiques

Ingénieur civil de formation, M. Laviolette détient une maîtrise en sciences appliquées de Polytechnique Montréal. Son mémoire fait appel aux données GPS pour mieux cerner le profil demande-offre de l’industrie du taxi.

M. Laviolette tentera de mieux comprendre la dépendance individuelle des gens à l’automobile ainsi que les obstacles et les occasions de changer ce comportement. Il travaillera de près avec le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec et le Centre interdisciplinaire de recherche en opérationnalisation du développement durable, deux organisations importantes sur le plan des enjeux environnementaux et de transport au Québec.