Par Lindsay Coulter

(Crédit: Andrew Myers via Flickr)

Le borax, ou borate de sodium, est un sel minéral alcalin. C’est un élément naturel. Mais ”naturel” ne veut pas dire sans danger. Nous n’avons qu’à penser à l’amiante ou au mercure.

Une brève histoire du borax

Avant les années 2000, le borax était un produit ménager commun. Il était un produit de nettoyage populaire et efficace. On l’utilisait pour désinfecter, blanchir et combattre les moisissures. Il pouvait aussi servir à se débarrasser des fourmis (utilisé comme un pesticide à faible toxicité).

Beaucoup de recettes de nettoyage DIY (« fait maison ») incluaient le borax comme une option écologique aux ingrédients à base de pétrole dans les produits de nettoyage conventionnels.

En 2008, l’Union européenne a classé l’acide borique et le borax comme toxiques pour le système reproducteur. Mais l’UE mentionne aussi qu’une exposition à de faibles doses aux borates des produits de nettoyage, comme le savon et les détergents, est ‘négligeable’.

Vous êtesperdus? Moi aussi. J’ai donc contacté un expert en style de vie écoresponsable,” Adria Vasil du célèbre blogue Ecoholic”:http://adriavasil.com/, qui fait aussi de la recherche sur la sécurité du borax (et qui, comme moi, avait chez elle une vieille boîte de borax qu’elle n’utilisait plus). Elle a essayé de démêler le vrai du faux concernant le borax en 2014 : « Voilà quelques années, l’Union européenne a déclaré que l’acide borique/borax était toxique pour le système reproducteur à des niveaux élevés, mais n’étaient pas des perturbateurs endocriniens (qui peuvent déclencher des problèmes même à des concentrations assez basses). À ce moment, ils ont publié un autre rapport qui évalue le risque réel pour les consommateurs et ils ont dit que les concentrations présentes dans les détergents / savons / produits de nettoyage étaient sécuritaires. Puis les choses ont changé. Ils ont fini par mettre l’acide borique (mais pas le borax) sur la liste des perturbateurs hormonaux potentiels. »

Il est important de clarifier que cette liste regroupe les substances qui seront priorisées pour de futures recherches sur les effets perturbateurs possibles sur le système endocrinien. La liste contient des produits chimiques qui posent problème, comme les toxines PCB et le BPA, sur lesquelles des centaines de recherches ont trouvé des effets perturbateurs hormonaux. L’acide borique n’a pas le même historique en termes de perturbateurs hormonaux. Donc plusieurs personnes sont embrouillées. Est-ce qu’on devrait continue de l’utiliser ? Faudrait-il l’écarter pour de bon ? Je pense que nous devrions certainement faire une pause et attendre d’autres études. Ce n’est pas clair non plus pourquoi l’UE a mis l’acide borique sur la liste et non le borax, quand on sait que les deux ont été regroupés auparavant. Toutefois, ils sont chimiquement différents. Nous allons donc assumer que le borax a été intentionnellement enlevé de la liste et qu’il est moins préoccupant pour les consommateurs que ne puisse l’être l’acide borique.

En 2016, Santé Canada a fait une évaluation préalable de l’acide borique: “Le gouvernement du Canada propose que l’acide borique, ses sels et ses précurseurs puissent être considérés comme étant dangereux pour la santé humaine à certains niveaux d’exposition.”

Comment y sommes-nous exposés ?

  • Par la nourriture (comme les fruits et les légumes) et l’eau potable. Mais « les sources naturelles d’acide borique dans la nourriture (par exemple, les fruits et légumes) ne sont pas considérées comme un risque pour la santé. »
  • Par des produits de consommation communs comme les pesticides, les produits nettoyants, les cosmétiques, les médicaments, les produits naturels, les produits pour la piscine et pour spa.
  • Par des produits « faits maison » d’art, d’artisanats et des jouets et d’autres produits « faits maison » contenant de l’acide borique.

Et maintenant, on fait quoi ?

  • Nettoyer sans borax. Essayer mes recettes sans borax pour du savon à linge, savon à vaisselle et du nettoyant à toilette (recette en poudre tout usage).
  • Faire des cosmétiques pour bébé, pour le corps et pour les cheveux sans borax
  • Faire de la pâte et de la glue (a.k.a. ooblek) à partir d’ingrédients de qualité alimentaire pour les enfants * Pour les fourmis, essayer le kieselguhr.