Ah, le printemps… saison souvent associée à la réapparition des couleurs dans la nature, mais aussi celle qui nous donne envie de nous montrer dans notre plus bel apparat! Parmi les produits de beauté disponibles afin de se «mettre en valeur», le rouge à lèvres est pour certaines femmes un incontournable. Attention cependant; les rouges à lèvres contiennent des produits chimiques, mais il est possible d’éviter certains composés nocifs pour la santé et l’environnement, tout en restant coquette!

Un produit de beauté qui facilite l’ingestion des composés chimiques

C’est une évidence, mais on oublie trop souvent que les lèvres font partie intégrante de l’organe de notre corps qui nous permet de manger : la bouche. De facto, tout produit appliqué sur les lèvres facilite grandement l’ingestion de composés chimiques dont certains sont connus pour être dangereux pour la santé. Dans une étude parue en 2013 dans la revue scientifique Environmental Health Perspective, des chercheurs ont calculé que les femmes nord-américaines absorbent une dose quotidienne moyenne de 24 mg de rouge à lèvres pouvant aller jusqu’à 87 mg pour les plus grandes consommatrices. Cela implique que des quantités substantielles de certains composés sont également ingérées, mais quels sont ceux à éviter sans concession?

Le petrolatum et les métaux lourds

Alors que le premier est facilement évitable, les seconds sont présents dans la majorité des rouges à lèvres offerts sur le marché. Le petrolatum est une gelée d’huile minérale dérivée du pétrole. Il est classé comme agent cancérigène par l’Union européenne et est connu pour favoriser les allergies, justement à cause des HAP. Les métaux lourds les plus communs dans les rouges sont le plomb, le cadmium ou le chrome. Le plomb est clairement problématique, parce qu’il est susceptible de provoquer des douleurs abdominales, des migraines, de la fatigue, des vertiges, etc. S’il est facile de détecter la présence du petrolatum en lisant l’étiquette du produit, c’est beaucoup plus difficile pour le plomb. Le site consoglobe.fr vous propose, en page 3 de son article, une petite technique rapide pour détecter la présence de plomb.

Enfin, la meilleure solution pour s’assurer de ne pas ingérer de produits nocifs pour la santé et l’environnement est encore de préparer soi-même son rouge à lèvres. Voici par exemple, un dossier complet sur les rouges à lèvres faits maison.