La puissance des livres

Par Diego Creimer

Quelle est cette étrange bibliothèque futuriste qui a le contrôle absolu du chauffage, de l’éclairage et de l’énergie ? Serions-nous sur le vaisseau de 2001: Odyssée de l’espace?

Cette bibliothèque est la fierté de Varennes. Cent cinquante personnes y défilent chaque jour. Au cœur de cette ville de 21 000 âmes, à moins de deux minutes en auto de 90 % des habitations, on trouve un bâtiment avec un toit cathédrale qui s’érige à la façon des anciennes églises, en un peu plus moderne ! Le toit très pentu est couvert de 428 panneaux solaires.

La bâtisse n’est pas alignée avec la rue, mais avec la trajectoire du soleil. En lieu de vitraux, une fenestration abondante baigne l’édifice dans une lumière absolue. Les murs épais sont fortement isolés. En utilisant le monte-personnes (pas question d’avoir un ascenseur énergivore !), on peut contempler un plancher de près de trois mètres d’épaisseur entre les deux étages. Au sous-sol, un méandre de tuyaux achemine un liquide qui transporte la chaleur depuis des puits géothermiques vers des thermopompes massives.

Une entrée d’air sous les panneaux solaires plonge à travers les étages jusqu’à la salle des machines pour être davantage réchauffée par l’air vicié sortant de l’édifice via un échangeur de chaleur rotatif. Cet air, chaud en hiver ou frais en été, est rediffusé à travers des bouches de ventilation ingénieusement dissimulées sous les rayons des étagères. L’épais plancher ainsi que les nombreux livres agissent comme masse thermique servant à tamponner les fluctuations de température.

Tout est savamment pensé pour que l’édifice consomme le moins d’énergie possible, qu’il emmagasine un maximum de chaleur ou de fraîcheur selon la saison, et qu’il produise sa propre électricité de façon durable. C’est une petite révolution dans le monde de la construction : un bâtiment net zéro.

En 2016, l’édifice a généré exactement 123 833 kW et en a consommé seulement 93 838. De ce miracle énergétique, c’est toute la communauté qui sort gagnante !