Appuyez la première loi canadienne sur le racisme environnemental

Toute la population est en droit d’avoir accès à un environnement sain au pays

Il arrive trop souvent que la pollution et la dégradation environnementale frappent de façon disproportionnée les communautés racialisées.

Le Canada a besoin d’une stratégie nationale pour identifier, traiter et prévenir le racisme environnemental, et faire progresser la justice environnementale – tel que proposé par le projet de loi C-226.

Demandez à votre député.e fédéral.e d’appuyer le projet de loi C-226!

L’ancienne députée Lenore Zann a déposé pour la première fois la Loi sur la stratégie nationale relative au racisme environnemental durant la dernière session parlementaire. Le projet de loi a obtenu le soutien de quatre des cinq partis du Parlement mais n’est pas passé au vote final avant le déclenchement des élections.

En février 2022, la députée Elizabeth May a déposé le projet de loi de nouveau. Nous demandons a tous les partis d’appuyer son passage dans les plus brefs délais. Faites-vous entendre!

On parle de racisme environnemental lorsque des politiques ou des mesures liées à l’environnement défavorisent intentionnellement ou non et de façon disproportionnée des individus, des groupes ou des communautés en raison de leur race ou de leur couleur, ou entraînent un accès inégal aux avantages environnementaux.

Ingrid Waldron, fondatrice de ENRICH Project en Nouvelle-Écosse, enquête sur les effets des industries polluantes et des dépotoirs toxiques sur les communautés autochtones et noires. Ses recherches documentent les effets sur des membres des collectivités touchées, de décharges à Africville et à Sherbourne, du déversement des effluents d’usines de pâte à papier à proximité de la Première Nation de Pictou Landing et de la construction d’un pipeline sur le territoire de la Première nation Sipekne’katik. « L’héritage du racisme environnemental ne peut plus être ignoré », a déclaré Mme Waldron.

Les tendances en matière de pollution de l’air représentent une autre dimension du racisme environnemental. Les chercheurs montrent du doigt des « tendances distinctes aux inégalités ». Le fardeau cumulatif de la pollution atmosphérique est constamment plus important pour les groupes marginalisés. Les risques pour la santé comprennent des problèmes respiratoires, pulmonaires et cardiaques et un risque accru d’accident vasculaire cérébral. Santé Canada estime que 14 600 décès prématurés par année au Canada sont liés à la pollution atmosphérique.

S’il est adopté, le projet de loi C-230 obligera le ministre de l’Environnement à élaborer une stratégie visant à évaluer et prévenir le racisme environnemental ainsi qu’à s’y attaquer et à faire progresser la justice environnementale.

Demandez à votre député.e fédéral.e d’appuyer le projet de loi C-226, la Loi sur la stratégie nationale relative au racisme environnemental.

Toute la population est en droit de vivre dans un environnement sain.