Organisez une conférence

Changements climatiques, exploitation pétrolière, respect des écosystèmes québécois, engagement citoyen : des conférences indispensables pour maîtriser les enjeux d’aujourd’hui, apporter sa voix au débat… et découvrir des solutions concrètes!

Chaque conférence de la Fondation David Suzuki est une opportunité unique de sensibiliser vos élèves, vos collègues ou les citoyens de votre communauté aux enjeux environnementaux actuels.

Les conférences peuvent être présentées directement sur votre milieu de travail, scolaire, culturel ou autre! Leur contenu et leur durée (de 45 min à 1h30) seront adaptés selon le public.

Nos conférenciers

Karel Mayrand est le directeur général de la Fondation David Suzuki au Québec et président du Projet de la réalité climatique Canada de Al Gore.

Sylvain Perron est le coordonnateur du Mouvement Ceinture Verte, ayant pour objectif de créer la Ceinture Verte du Grand Montréal pour protéger les milieux naturels et agricoles.

Louise Hénault-Ethier est chef des projets scientifiques pour la Fondation David Suzuki à Montréal. Ses recherches touchent les pesticides, l’entotechnologie (la gestion des matières organiques à l’aide d’insectes pour nourrir les animaux d’élevage), l’entomophagie (la consommation d’insectes) et les phytotechnologies (utilisation des plantes pour remédier à des problèmes environnementaux).

Tarification des conférences

  • 1 500 $ par  conférence
  • Les frais de transport sont inclus dans un rayon de 50 km autour de Montréal. Au-delà, des suppléments s’appliquent.
  • Vous êtes une école ou un OBNL? Contactez-nous pour un tarif réduit!
  • Si vous avez des questions concernant la tarification, n’hésitez pas à contacter Gabrielle Côté par courriel à gcote@davidsuzuki.org ou au 514-871-4932, poste 1459.

Demain, le Québec

Inspirés du documentaire Demain, réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent, nous sommes allés rencontrer ceux et celles qui préparent le Québec de demain. De Montréal à Mingan, en passant par Trois-Rivières et Trois-Pistoles, nous avons été inspirés par des Québécoises et des Québécois qui contribuent, chacun à leur façon, à créer un monde plus juste, plus vert et plus démocratique.

Nos héros de Demain œuvrent dans des domaines diversifiés et sont unis par cette même volonté de participer concrètement à la transformation écologique qui s’impose. Nous avons voulu raconter leurs histoires et faire connaître ces initiatives qui dessinent le Québec, maintenant et pour le futur. Initiatives zéro déchets, bâtiments écoénergétiques, projets d’agriculture biologique : les initiatives de transformation écologique, sociale et technologique se comptent par milliers au Québec. Demain, le Québec présente un échantillon de celles-ci.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire 

Énergies fossiles – Fracturation et risques pour la santé

Les gaz de schiste ont suscité l’un des débats de société les plus marquants des vingt dernières années au Québec et un bouclier d’opposition citoyenne sans précèdent. Aujourd’hui, nous comprenons encore mieux les risques que les gaz de fracturation posent pour la santé humaine. Le docteur Éric Notebaert de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement, en collaboration avec la Fondation Coule Pas Chez Nous et la Fondation David Suzuki, offre une conférence de deux heures où il explique en détail le processus de fracturation hydraulique, la toxicité des produits employés et les effets que ceux-ci ont sur le corps humain et sur l’environnement, dont l’eau. À une époque où les ambitions des compagnies voulant exploiter les gaz de fracturation au Québec semblent revenir en force, cette conférence grand public devient plus pertinente que jamais.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire 

conference mouvement en marche

Un mouvement en marche : l'engagement citoyen pour transformer le monde

Combattre la crise écologique, les inégalités sociales croissantes et le déclin de notre démocratie est le plus grand défi de ce siècle. Devant l’immensité de la tâche, des sentiments d’impuissance, de découragement ou d’indifférence nous guettent. La conférence, basée sur le livre Une voix pour la Terre (Boréal, 2012), propose aux participants des moyens de briser leur isolement, de passer de la prise de conscience individuelle à l’action collective, de retrouver l’espoir. Pour reprendre la célèbre anthropologue Margaret Mead : « Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde. En fait, c’est toujours comme cela que ça s’est passé ». À nous d’agir maintenant!

Cette conférence est offerte exclusivement par Karel Mayrand, directeur général de la Fondation David Suzuki au Québec et président de Projet climatique Canada de Al Gore.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Leur pétrole, notre fleuve. Le Saint-Laurent, artère pétrolière?

Leur pétrole, notre fleuve. Le Saint-Laurent, artère pétrolière?

Le 6 juillet 2013, l’explosion d’un train pétrolier faisait 47 victimes à Lac Mégantic. Les Québécois apprenaient avec stupéfaction que leur territoire était devenu une voie de passage pour l’exportation du pétrole vers l’Atlantique. Depuis ce temps, les projets d’exportation de pétrole par train, oléoduc ou navires citernes le long du fleuve Saint-Laurent se multiplient. D’ici quelques années, les quantités de pétrole qui transitent dans la vallée du Saint-Laurent seront multipliées par plus de quatre. Cette conférence cartographie l’ensemble des projets prévus dans la vallée du Saint-Laurent ainsi que les risques et impacts cumulatifs sur l’écosystème du fleuve et les communautés riveraines. Une conférence indispensable pour maitriser les enjeux d’aujourd’hui, et apporter sa voix au débat pétrolier!

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Un climat de changement : comment nous allons gagner la bataille du climat

Un climat de changement : comment nous allons gagner la bataille du climat

L’ancien vice-président américain et prix Nobel de la Paix, Al Gore, s’est donné pour mission de sensibiliser les citoyens à la crise climatique. Son film Une vérité qui dérange a profondément marqué l’opinion publique il y a dix ans. Cette conférence, qui a déjà rejoint plus de deux millions de personnes à travers le monde, utilise le matériel développé par l’équipe du Projet de la Réalité climatique d’Al Gore pour présenter les dernières avancées de la science du climat et les solutions à la crise climatique. Alors que les changements climatiques s’accélèrent et que l’urgence d’agir s’impose, la conférence nous apporte de bonnes nouvelles concernant les changements financiers, technologiques, économiques et politiques qui sont déjà en marche pour gagner la bataille du climat.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Le Saint-Laurent, notre fleuve vivant

Le Saint-Laurent : Notre fleuve vivant

1 700 kilomètres de côte. 27 000 espèces, incluant requins, baleines et phoques. On ne parle pas de la Mer des Caraïbes, mais bien… du fleuve Saint-Laurent! C’est l’un des plus grands fleuves du monde et l’un des joyaux écologiques de la planète. Berceau de notre histoire, source d’eau potable pour près d’un Québécois sur deux et voisin de 5 millions de personnes, nous entretenons avec lui une relation intime. Pourtant, nous le connaissons peu. Du Lac Ontario jusqu’au Golfe Saint-Laurent, voyagez le long des rives et des berges, et découvrez un écosystème sous pression que nous devons protéger.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

La Ceinture Verte du Grand Montréal : pourquoi une ceinture verte?

La Ceinture Verte du Grand Montréal : pourquoi une ceinture verte?

Les territoires dédiés aux milieux naturels sont de plus en plus rares dans le Grand Montréal. Le développement urbain actuel est d’ailleurs le principal vecteur de cette destruction. Les impacts négatifs sont nombreux et bien répertoriés dans la communauté scientifique : pertes de biodiversité, augmentation des îlots de chaleur, baisse de la qualité de l’air, hausse des maladies humaines, etc.

Pourtant les services qu’offrent les milieux naturels à la population sont nombreux et méritent d’être reconnus. Plusieurs villes dans le monde ont prouvé leur importance, et ce, en les protégeant à travers de nombreuses interventions. Les ceintures vertes sont particulièrement intéressantes à ce sujet : un réseau connecté de milieux naturels permettant à la faune et à la flore de se développer, mais également fait pour l’humain pour qui la nature est de plus en plus loin.

Nous développerons dans la conférence l’importance des ceintures vertes, mais surtout de la Ceinture Verte du Grand Montréal et de son implantation dans la région métropolitaine.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Les insectes : Une révolution à six pattes pour nourrir l'humanité, gérer nos ordures et réduire les GES!

Les insectes : Une révolution à six pattes!

La consommation d’insectes, aussi appelée entomophagie, pourrait permettre de nourrir une population mondiale croissante tout en diminuant la pression sur notre environnement. Saviez-vous que notre consommation de viande émet plus de GES que tous les secteurs du transport réunis, soit 18% à l’échelle mondiale selon la FAO? Les insectes sont plus efficaces que les autres animaux d’élevage pour produire des protéines alimentaires. Mais si certains humains sont récalcitrants à croquer des insectes, plusieurs de nos animaux d’élevage n’en feraient qu’une bouchée. La gestion des matières résiduelles organiques est responsable de 5.9% des GES du Québec et près du tiers des 200 000 tonnes de moulées pour les poissons d’élevage canadiens proviennent de pêcheries non-durables. Imaginez les bénéfices environnementaux de convertir nos résidus organiques en larves d’insectes qui serviraient à leurs tours à nourrir des poissons ou des poules. Ce principe d’économie circulaire semble être de la science-fiction? Détrompez-vous, le Canada fait déjà figure de proue en la matière parmi les nations qui résistent encore à la gastronomie entomologique!

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Les pesticides : Des substances toxiques dont nous pourrions nous passer

Les pesticides : Des substances toxiques dont nous pourrions nous passer

Les pesticides sont des outils chimiques servant à exterminer des indésirables dans nos cultures, mais aussi dans nos maisons et dans nos espaces publics : ils sont par définition toxiques. On nous a longtemps fait croire qu’ils étaient absolument nécessaires à notre survie alimentaire, jusqu’à ce que le rapporteur spécial sur le droit à l’alimentation du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU affirme le contraire en 2017. Comment mesure-t-on la toxicité aigüe ou à long terme des pesticides? Que sont les perturbateurs endocriniens? Pourquoi les gouvernements tolèrent-ils des conflits d’intérêt apparents au moment de l’homologation dans l’évaluation de la toxicité des pesticides par les agro-industriels qui bénéficient de leur mise en marché? La science toxicologique et agronomique évolue à un rythme accéléré. Il est maintenant possible de nourrir l’humanité en diminuant notre recours aux pesticides, en faisant appel au principe de précaution et en améliorant nos modes de culture. Cette conférence offre des pistes de réflexion pour réformer l’encadrement et l’usage des pesticides de synthèse en mettant de l’avant des solutions plus respectueuses de la santé et de l’environnement et économiquement viables.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Allier infrastructures naturelles et phytotechnologies pour des écosystèmes urbains fonctionnels, productifs et résilients

Infrastructures naturelles + phytotechnologies = écosystèmes résilients

David Suzuki s’étonne qu’en forêt, tous les végétaux tendent vers le ciel ou déploient leurs branches pour maximiser la capture des rayons du soleil, mais que le soleil guide si peu le développement des villes. L’écosystème urbain devrait s’inspirer de cette architecture, par biomimétisme, pour devenir un écosystème fonctionnel, productif et résilient face aux changements climatiques. Les infrastructures naturelles (forêts, boisés urbains, parcs, etc.) rendent des services essentiels au bien-être des individus et des communautés. Mais trop souvent, avec raison, la cartographie des ceintures vertes représente le bâti urbain comme une zone grise. Les phytotechnologies, elles sont actives jusqu’au cœur du milieu bâti sous la forme d’arbres de rue, de toitures végétalisés ou de jardins de pluie, mais trop souvent, ces technologies reposant sur des plantes vivantes sont éparpillées de manière isolée dans la trame urbaine minéralisée. Ensemble, les infrastructures naturelles et les phytotechnologies captent les gaz à effet de serre, offrent un refuge à la biodiversité, épurent l’air et l’eau, contrôle la chaleur ambiante et le ruissellement excessif, protègent contre l’érosion et le vent. Il est temps de bâtir des villes orientées vers le soleil, dans lesquelles il y a une réelle continuité écologique entre les infrastructures naturelles et les phytotechnologies, pour le bien être des humains et de leur environnement.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.

Protéger les papillons monarques, une asclépiade à la fois

En 1996, il y avait plus d’un milliard de papillons monarques en Amérique du Nord. Aujourd’hui, leur population a chuté de 90 %.

Le monarque est un admirable voyageur qui peut parcourir jusqu’à 4 000 km pour descendre du Canada jusqu’aux aires d’hivernage au Mexique. Tout au long de ce trajet, il est toutefois menacé par plusieurs pressions causées par l’humain. Les coupes forestières et le climat l’affectent fortement dans ses aires d’hivernage. Lorsque le monarque remonte le continent nord-américain au printemps, il est de plus en plus confronté à une diminution marquée de plantes nectarifères, et particulièrement de l’asclépiade, la seule plante dont les chenilles de monarques se nourrissent et sur laquelle les femelles pondent leurs œufs.

Face à ce constat, la Fondation David Suzuki a lancé une campagne pour sensibiliser les Québécois aux enjeux qui menacent les monarques ainsi qu’aux solutions qui existent pour les protéger. Une des solutions proposées est la plantation d’asclépiade. En 2017, 1 500 plantules et plus de 8 000 sachets de semences d’asclépiades ont été plantés depuis le Témiscamingue jusqu’aux Cantons-de-l’Est, par des jeunes, des citoyens, des villes, des jardins et organismes communautaires.

Pour demander cette conférence, remplissez ce formulaire.