MONTRÉAL | TERRITOIRE TRADITIONNEL ET NON CÉDÉ DE LA PREMIÈRE NATION KANIEN’KEHÁ:KA, 25 mai 2022 – Alors que le gouvernement fédéral examine divers moyens pour diminuer la pollution liée à l’offre d’électricité, une étude de modélisation publiée aujourd’hui par la Fondation David Suzuki indique qu’il serait non seulement possible de produire une électricité zéro émission d’ici 2035, mais que cette solution pourrait être fiable et abordable. Ce rapport est le premier au Canada à proposer un moyen de générer une électricité 100% renouvelable en 2035 en privilégiant les énergies propres, le stockage d’énergie, l’efficacité énergétique et la modernisation des réseaux électriques.  

« Selon cette étude, les énergies renouvelables peuvent constituer la base d’un réseau électrique propre. Si les gouvernements en ont la volonté, nous pourrions amorcer immédiatement la transition vers de l’électricité zéro émission en utilisant des technologies qui sont aisément accessibles », a déclaré Stephen Thomas, analyste des politiques climatiques à la Fondation David Suzuki.  Le rapport « Virage énergétique : de l’électricité zéro émission partout au Canada d’ici 2035 » explore des solutions qui priorisent les énergies renouvelables de même que les technologies qui les rendent possibles, tout en évitant les écueils des technologies non éprouvées, coûteuses ou nocives pour l’environnement, comme le nucléaire ou les nouveaux combustibles fossiles qui font appel à des technologies de capture du carbone. 

« Les solutions modélisées montrent qu’un réseau entièrement alimenté par des énergies renouvelables peut fournir de l’électricité de manière fiable, au gré des besoins », a commenté Tom Green, conseiller principal en matière de politique climatique à la Fondation. « Le Canada, vaste pays disposant de ressources éoliennes et solaires enviables ainsi que de réservoirs hydroélectriques existants, est en mesure d’opérer la transition. Des pays comme l’Allemagne démontrent qu’il est aussi possible de réaliser des projets d’énergie renouvelable à grande échelle. » 

Avec l’abandon des combustibles fossiles au profit de l’électricité la demande d’électricité va plus que doubler pour répondre aux besoins énergétiques, et l’électricité renouvelable deviendra le fondement des solutions climatiques dans tous les secteurs. Ainsi, les ménages pourraient économiser de l’argent tout en réduisant les émissions s’ils délaissaient les automobiles à essence pour les véhicules électriques et le transport en commun et s’ils utilisaient des thermopompes à haut rendement au lieu de brûler des gaz fossiles. 

Le rapport comprend des recommandations sur les moyens d’assurer une transition facile pour les travailleur.euse.s et les collectivités, et estime que la construction ainsi que l’exploitation et l’entretien des éoliennes, des panneaux solaires et des lignes de transport d’électricité entraîneraient à eux seuls plus de 75 000 emplois directs annuellement entre 2025 et 2050. Cette estimation ne tient pas compte du nombre de nouvelles carrières que créerait la mise au point de technologies renouvelables au Canada.  

Les solutions ont été modélisées par une équipe de recherche indépendante de l’Université de Victoria à l’aide de modèles conçus pour déterminer comment des niveaux élevés de production éolienne et solaire et de stockage d’énergie peuvent être ajoutés aux réseaux partout au Canada.  

Indépendamment de la solution choisie, tous les projets énergétiques au Canada sont situés sur des territoires autochtones non cédés ou sur des terres visées par un traité. Un rapport complémentaire intitulé Decarbonizing Electricity and Decolonizing Power: Voices, Insights and Priorities from Indigenous Clean Energy Leaders, produit à la demande de la Fondation, énumère six principes pour faire respecter les droits des Autochtones et garantir les avantages pour les communautés.  

« Nous espérons que cette nouvelle modélisation guidera l’élaboration de la norme fédérale sur l’électricité propre et montrera qu’il est possible de prioriser les énergies renouvelables afin de produire de l’électricité propre dans chaque province. Les provinces pourraient en tirer des avantages économiques et atteindre leurs objectifs climatiques. C’est une perspective avantageuse pour tout le monde », a affirmé Stephen Thomas. 

 

– 30 – 

Pour plus d’informations : 

Charles Bonhomme, Spécialiste affaires publiques et communications, Fondation David Suzuki
438-883-8348 | cbonhomme@davidsuzuki.org