Longueuil, 23 septembre 2021 – Le gouvernement du Québec a lancé en janvier dernier une grande « conversation nationale sur l’aménagement du territoire » en vue de l’adoption, l’an prochain, d’une toute première Stratégie nationale d’urbanisme et d’aménagement des territoires. Cette consultation a pris fin le 17 septembre dernier.

« Plus d’un millier de personnes ont participé aux rencontres thématiques et régionales de la tournée « Parlons territoire », orchestrée par l’alliance ARIANE. L’appétit citoyen pour une transformation des pratiques d’aménagement est palpable, plus particulièrement en ce qui concerne la protection du territoire agricole. Il appartient maintenant au gouvernement d’intégrer dans la future Stratégie cette préoccupation déterminante et consensuelle », ont déclaré Marcel Groleau, président général de l’UPA, Colleen Thorpe, directrice générale d’Équiterre, Sabaa Khan, directrice générale, Québec et l’Atlantique, de la Fondation David Suzuki et Christian Savard, directeur général de Vivre en Ville.

Rappelons que la zone agricole cultivable au Québec ne représente que 2 % du territoire (en France, c’est 58 % et aux États-Unis, 45 %). Elle est une ressource limitée, non renouvelable et déterminante pour l’avenir alimentaire des Québécois. Malgré la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles, cette richesse inestimable est néanmoins constamment grugée par l’étalement urbain, l’activité de spéculateurs financiers et immobiliers, les projets industriels et la construction d’infrastructures, entre autres pour le transport. Au Québec ces cinq dernières années, près de 10 000 hectares agricoles ont été sacrifiés à d’autres usages que l’agriculture.

Avec l’accroissement de la population et son déplacement vers des banlieues qui ne cessent de s’agrandir, il est urgent de mieux protéger le territoire et les activités agricoles et de s’assurer que cet enjeu soit réellement intégré à la future Stratégie. La pandémie a démontré la fragilité de nos systèmes alimentaires et l’importance de notre autonomie. À cet égard, le Québec et sa zone agricole doivent pouvoir compter sur une vision globale, partagée par l’ensemble des parties prenantes, assortie de principes fondamentaux qui assureront la coordination de toutes les lois, politiques et interventions de l’État et des instances municipales en matière d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Les organisations soulignent par ailleurs que la protection du territoire agricole ainsi que celle des milieux naturels sont des objectifs complémentaires.

Pour l’Union, Équiterre, la Fondation David Suzuki et Vivre en Ville, la future Stratégie doit favoriser la consolidation et la densification du tissu urbain existant. Elle doit aussi mettre fin une fois pour toutes aux incohérences en matière d’aménagement du territoire et décourager fortement les décisions à la pièce, au gré du moment et des intervenants. L’implantation de projets de toute nature, sans égard à leur impact sur l’étalement urbain, la zone agricole et notre capacité à nous nourrir, doit être évitée à tout prix. Tout comme le recours à des décrets visant à contourner la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). La Commission doit être en mesure de faire son travail et disposer d’outils encore plus importants pour y arriver.

« La protection des terres et des activités agricoles doit être un enjeu prioritaire au Québec. Nous devons renforcer nos systèmes alimentaires et rendre notre production agricole plus résiliente. Le territoire agricole québécois doit être vu comme une ressource vitale et stratégique, et non comme une zone en attente de développement, comme c’est trop souvent le cas actuellement », ont conclu les intervenants.

– 30 –

Pour plus d’information : 

Charles Bonhomme, Spécialiste communications et affaires publiques, Fondation David Suzuki
438-883-8348 | cbonhomme@davidsuzuki.org