Florence-Léa Siry, collaboratrice pour le blogue Les Trappeuses

L’arrivée de décembre marque le début des préparatifs de Noël et de la période des Fêtes. Les ventes se multiplient, les marchés d’artisans abondent et la musique de Noël commence tranquillement à se faire entendre un peu partout. Alors que pour plusieurs, cette période de l’année rime avec joie et festivités, d’autres croulent sous le stress et la  pression qui s’est greffée à Noël au fil des dernières décennies… On s’entend, Noël, ça devrait être agréable pour tout le monde! Dans cette optique, je vous invite cette année à revoir la façon dont vous pensez votre sapin et vos soupers des fêtes.

Voici donc mes astuces pour survivre au temps des fêtes sans stress, tout en limitant sa production de déchets et en minimisant le gaspillage alimentaire. Je vous promets que vous arriverez à Noël en même temps que tout le monde, en un seul morceau et le sourire aux lèvres.

Pour ceux et celles qui aimeraient des idées-cadeaux minimalistes, je vous suggère cet excellent article de ma collègue Trappeuse, Caroline, ainsi que celui de Chantal.

REVISITER SON SAPIN

Le fameux sapin de Noël doit-il nécessairement être un conifère ?

Pour ceux qui voudraient acheter un conifère de façon responsable, partez à la recherche d’un producteur de sapin naturel. Il existe plusieurs familles de passionnées qui ont un jour décidé de planter des pins et sapins sur leur terrain et de les vendre à des citoyens qui désiraient se procurer un sapin naturel, souvent bio, qui ne provenait pas de culture. Vous éviterez ainsi les pesticides et pourrez ensuite cuisiner avec les branches de sapin !

Si vous avez un budget serré, sachez que les sapins de Noël sont gratuits dans certaines grandes chaînes d’épiceries le 24 décembre.

Fabriquer

Ma grand-mère maternelle fabrique son sapin à partir d’une branche de bouleau. Elle y accroche des boules, des guirlandes, des lumières et y place même une crèche en dessous, sur un tapis de ouate. Elle a compris depuis longtemps comment s’éviter la corvée de nettoyage d’épines de sapin séchées post-fêtes. Si vous souhaitez mordicus à l’odeur de sapinage auquel on est si attaché, pourquoi ne pas diffuser de l’huile essentielle de sapin baumier? Vous n’y verrez que du feu!

Récupérer

Avant de jeter rouleaux de carton, tiges de métal et autres accessoires du quotidien, donnez-leur une deuxième vie en fabriquant un sapin funky. Un bricolage avec des matériaux désuets, de la peinture et des ornements pourrait bien surprendre votre conception d’un sapin ! Laissez votre créativité prendre le dessus et permettez-vous d’oser. Au pire, vous n’aurez qu’à le recycler au début de la nouvelle année !

 

Décorer son sapin

Plusieurs adoptent les décorations grandioses dignes des plus belles vitrines de boutiques, d’autres aiment les ornements dépareillés.

Personnellement, j’achète des décorations de Noël que lorsque je suis en voyage, un souvenir qui n’aboutira pas aux ordures. Chaque année, mon sapin me rappelle toutes ces belles destinations qui m’ont fait grandir. Un geste zéro déchet et pratique !

Il existe aussi des artisans locaux qui fabriquent de jolis ornements, comme Art et Manufacture par exemple.

Une autre option est de fabriquer des guirlandes et des ornements à partir de fruits séchés.Les guirlandes de canneberges et pop-corn sont particulièrement magnifiques et une fois séchées, elles se réutilisent d’année en année. En plus, elles sont compostables!

Si vous êtes du genre à aimer la nouveauté et renouveler votre stock chaque année, faites don de vos décorations dans une Société ou un Centre qui vend des objets usagés, vous ferez des heureux.

 

LA CORVÉE DE CUISINE

Afin d’éviter le découragement et la surconsommation de nourriture, la corvée de cuisine est une solution rassembleuse et dynamique pour accueillir le temps des fêtes.

Déterminez clairement une heure d’arrivée pour la corvée de cuisine. Si vous n’avez pas suffisamment d’ustensiles pour les recettes à concocter, rappelez à vos invitées d’apporter les leurs. Et surtout des plats de réserve, pour le partage des aliments cuisinés à la fin de la soirée.

Rassemblez-vous en sous-groupe et sélectionnez les recettes à concocter, selon le type de festin projeté : les uns choisiront de se lancer dans les plats principaux, les autres les à côté, les desserts, les sucreries. C’est l’occasion de vider le frigo, le garde-manger et le congélateur et de mettre en commun les surplus qui seront gaspillés si pas consommée d’ici la fin de l’année. Déterminez vos recettes à partir des aliments que vous avez, et non l’inverse. Vous ferez d’énormes économies et vous poserez un geste pour l’environnement.

Mandater une personne responsable de chaque recette, c’est plus facile à gérer. Elle aura la tâche de cuisiner en grande quantité pour tout le monde. Certains mets pourront rassembler des équipes de deux ou trois personnes, en faisant toujours une place aux enfants.

L’option potluck

Recevoir pour Noël est une grande responsabilité qui peut parfois laisser place au stress. Si c’est le cas, suggérez l’option POT LUCK, où tout le monde amène un plat à partager.

Si tout le monde arrive avec un plat à déposer au centre de la table, chacun aura participé et pourra profiter de la soirée équitablement. Mettez les gens au défi de cuisiner un plat sans aller à l’épicerie. La créativité de tous vous surprendra et vous en oublierez la contrainte.

Et dites-vous que ce n’est pas grave qu’il y ait deux salades de chou, deux tartes au chocolat et des pizzas en trop grande quantité ! Ça se mangera ou chacun repartira avec une portion de surplus. Donc, prévoyez vos plats pour ramener à la maison une partie du menu collectif.

 

Bon temps des fêtes!