Par Marie-Eve Chapdelaine, conseillère en développement durable, Cascades

Les installations officielles fournies par Cascades permettent aux employés et à la communauté de profiter d’une offre de produits fraîchement récoltés. Elles ont aussi permis aux producteurs locaux de doubler leurs ventes par rapport aux deux années durant lesquelles le Marché de Kingsey Falls avait été testé en formule pilote.

Cascades est née à Kingsey Falls, une ville de 2 200 habitants, située dans la région du Centre-du-Québec à proximité de Drummondville et Victoriaville. Une région charmante qui vaut le détour si vous passez dans le coin.

Kingsey Falls, c’est aussi « Cascadesville » : tous les produits de l’entreprise sont représentés dans l’une ou l’autre des unités de production qui longent le boulevard Marie-Victorin, l’artère principale de la ville. Environ 1 600 personnes s’y rendent chaque jour pour travailler, soit près de 20 % des effectifs de l’entreprise en Amérique du Nord. Parmi eux, Mario Plourde, président et chef de la direction, et Alain Lemaire, cofondateur et président exécutif du conseil d’administration, poussent pour que l’entreprise innove sans cesse dans ses pratiques d’affaires. C’est entre autres grâce à eux que des projets uniques voient le jour : j’ai ici en tête le marché public de Kingsey Falls.

La mise en place de l’offre de paniers de légumes hebdomadaires s’appuie sur des employés dévoués. C’est notamment le cas de Lucie-Claude Lalonde et de Caroline Tremblay, fières participantes et instigatrices du programme du bureau de Cascades à Saint-Bruno depuis ses débuts.

Un pilote de deux ans

Depuis quelques années déjà, Cascades offre à ses employés de Kingsey Falls de participer à la formule des paniers de légumes hebdomadaires. D’autres unités en font autant, c’est notamment le cas de nos sites à Candiac et à Saint-Bruno-de-Montarville. Le nombre d’adhérents demeurait toutefois stable année après année. Un sondage déployé auprès des employés a permis d’apprendre que la formule panier plaisait à une clientèle, mais nombreux avaient souligné le désir d’avoir accès à des produits « à la carte ».

En 2015, nous avons donc convenu avec les producteurs maraîchers partenaires d’apporter leurs produits en vrac lors de leur livraison de paniers. Et ce n’est pas tout! Nous nous sommes entendus pour que cette offre en vrac se fasse sur un site stratégique, soit celui de l’épicerie de la ville, aussi située sur le boulevard Marie-Victorin. Ça grouille sur ce boulevard, je vous le dis! Tant qu’à desservir les employés, pourquoi ne pas en faire bénéficier toute la communauté?

Les propriétaires de l’épicerie ont vu cette proposition comme une belle occasion d’affaires et ont embarqué dans le projet. Bien qu’ils voient certaines ventes reculer à cause du marché, celles des légumes entre autres, ils en gagnent d’autres en mettant en valeur leurs produits locaux. Tout le monde y gagne!

Après le pilote, les installations officielles!

Les deux années tests ayant été concluantes, Cascades a mis le paquet pour la troisième édition à l’été 2017 et a offert aux producteurs des installations officielles, toujours sur le site de l’épicerie. Alors que cette troisième saison tire déjà à sa fin, plusieurs des producteurs avec qui nous avons eu l’honneur de collaborer font leurs dernières récoltes et prendront une pause bien méritée. Au final, ce sont des recettes de quelque 20 000 $ que se sont partagés ceux et celles qui sont venus enjoliver nos mercredis avec leurs beaux produits au cours des dernières semaines. 20 000 $ de retombées locales qui n’auraient probablement pas eu lieu sans ce marché!

Des initiatives dignes de mention

Dans la même veine des initiatives liées à la saine alimentation des employés, je salue le travail de l’équipe de développement durable de Lowe’s Canada, qui a invité cet été un « camion de rue » offrant des repas santé dans l’espace vert de son siège social les jeudis midi. Ça semblait trop bon, alors on l’a fait venir à nos bureaux de Saint-Bruno!

Vous avez eu connaissance d’histoires inspirantes ayant l’alimentation comme trame de fond? Partagez-nous les détails!